weebly reliable statistics

Glossaire

ADN (Acide DésoxyriboNucléique)

Molécule présente dans toutes les cellules, qui contient l'ensemble des informations nécessaires au développement et au fonctionnement des organismes. L'ADN est le support de l'information génétique.

L'ADN est une succession de nucléotides liés les uns aux autres par des liaisons chimiques. Il existe quatre nucléotides différents: l'adénine, la cytosine, la guanine et la thymine symbolisés respectivement par les lettres A, C, G et T. L'ordre des nucléotides dans l'enchaînement est très précis et non-aléatoire: il est le support de l'information génétique. L'ADN a le plus souvent une structure caractéristique en 'double hélice' composée de deux brins (2 longues molécules) reliés entre eux grâce au "couplage" des nucléotides "complémentaires": adénine (A) - thymine (T) et guanine (G) - cytosine (C).

Voir également chromosome.

ARN (Acide RiboNucléique)

L’ARN peut être comparé à une photocopie d’un morceau d'ADN ou gène. De composition chimique proche de celle de l’ADN (le nucléotide uracile (U) remplace la thymine (T)) et constitué d’un seul brin, il servira le plus souvent de patron dans la fabrication d’une protéine lors de la synthèse des protéines. Il existe des ARNs dits 'non codants' qui ne sont pas directement impliqués dans la synthèse des protéines, mais qui ont aussi des fonctions biologiques importantes.

ATP (Adénosine TriPhosphate)

Molécule de stockage énergétique de la cellule. Chez les Eucaryotes, l’ATP est généralement produit par les mitochondries.

Acide aminé

'Aminé' dérive du terme ammoniac, molécule qui contient un groupe amine (atome d’azote).

Unité de base des protéines. Chaque protéine est composée d’une succession d’acides aminés liés les uns aux autres. Les molécules d’acides aminés sont au nombre de 20 et sont symbolisés par les lettres A (alanine), C (cystéine), D (asparagine), E (glutamine) , F, G, H, I, K, L, M, N, P, Q, R, S, T, V, W, et Y.

Antibiotique

Du grec "anti", contre et "biôtikos", qui concerne la vie.

Un antibiotique est une substance naturelle produite entre autre par une bactérie ou un champignon. A la manière d’une arme chimique, cette substance va agir sur d’autres espèces de bactéries ou de champignons en les tuant ou en ralentissant leur prolifération. Dans le cas des champignons, on parle plus généralement d’antifongique. Aujourd’hui, nombre d’antibiotiques sont fabriqués de manière artificielle, c’est-à-dire en laboratoire.

Anticorps

Du grec "anti", contre et du latin "corpus", corps.

Les anticorps sont des protéines fabriquée par certaines cellules du système immunitaire d’un organisme - les lymphocytes B, et qui circulent dans divers fluides (sang, salive,…). Leur fonction est de détecter la présence de corps étrangers : des protéines ou des morceaux de protéines appartenant par exemple à un virus. Cette reconnaissance déclenche une réaction de défense (ou réaction immunitaire) qui va éliminer l’intrus. Les anticorps peuvent également reconnaître des cellules cancéreuses.

Antigène

Du grec "anti", contre et "-genês", origine, naissance.

Un antigène s’apparente à une étiquette qui indique qu'un corps est étranger à notre organisme. Il s'agit en général d'un sucre, d'une protéine ou d'un morceau de protéine présent sur le corps étranger (pollen, virus, bactéries,…). Les antigènes sont reconnus par des anticorps et sont à l’origine de la réaction immunitaire.

Atome

Du latin "atomus" ou du grec "atomos", indivisible.

Unité de base de la matière (inerte et vivante), constitué d’un noyau et d’électrons.

Axone

Du grec "axôn", axe.

Prolongement cellulaire du neurone qui véhicule l’influx nerveux à la manière d’un câble. A l’extrémité de l’axone sont libérés des neurotransmetteurs qui relayent l’information vers un autre neurone.

Bactérie

Du grec "baktêrion", petit bâton, probablement inspiré de la forme bâtonnet de certaines bactéries.

Micro-organisme constitué d’une seule cellule, dépourvue de  noyau et pouvant vivre dans des environnements divers (air, sol, eau, organismes...). Le terme 'bactérie’, dans le langage courant, inclut le groupe des bactéries et celui des archées (anciennement    archéobactéries) qui vivent généralement dans des conditions extrêmes (forte acidité, haute température…). Les êtres humains contiennent 10x plus de bactéries que de cellules 'humaines' (10^14).

Banque de données ou base de données

Banque : de l’italien "banca", banc puis table, comptoir des changeurs. Base : du latin "basis", base. Donnée : dérivé du latin "donare", faire un don.

Encyclopédie informatisée qui organise des données de manière très structurée afin de pouvoir stocker efficacement de très grandes quantités d'informations (Synonyme : Base de données).

Biochimie

Du grec "bios", vie et "khêmeia", magie noire.

Branche de la biologie qui étudie les réactions chimiques se déroulant dans les cellules telles que la production d’énergie, la synthèse et la dégradation des lipides,…

Bioinformatique

Du grec "bios", vie et du terme information.

La bioinformatique est une discipline des sciences de la vie qui s'appuie sur des outils informatiques, mathématiques et statistiques pour stocker, analyser et visualiser des données biologiques comme par exemple des séquences d’ADN (les génomes), des protéines, des sucres ou des résultats d’expériences.

Biologie moléculaire

Biologie : du grec "bios", vie et "logia", théorie ou "logos", discours. Moléculaire : du latin "molecula", de "moles", masse.

Branche de la biologie qui s’intéresse aux molécules des êtres vivants (ADN, protéines, …).

Biotechnologie

Du grec "bios", vie et "tekhnologia", traité des arts en général.

Ensemble de techniques qui utilisent des organismes vivants (bactéries, levures,…) ou certains de leurs gènes ou protéines pour des applications dans l’alimentaire, l’agriculture, la médecine,…

Canal

Du latin "canalis", dérivé de "canna", roseau.

Protéine logée dans une membrane de la cellule et qui fonctionne comme un pore pour laisser passer des ions ou de petites molécules.

Cancer

Prolifération anormale de cellules (tumeur), due à une division cellulaire incontrôlée..

Cellule

Du latin "cellula", dérivé de "cella", chambre.

La cellule est la plus petite unité nécessaire à la constitution d’un être vivant. Leur nombre varie d’une espèce à l’autre : une bactérie est constituée d’une unique cellule,  le petit ver C.elegans d’environ 1000 cellules, alors qu’un être humain en contient entre 1 et 10 trillions (10^12 et 10^13).

Chimiokines

Du grec "khêmeia", magie noire et "kinein", mettre en mouvement.

Ce sont de petites protéines produites par de nombreux organismes. La principale fonction des chimiokines est d’attirer et de guider les cellules du système immunitaire sur un site infectieux ou endommagé, à l’endroit où elles sont secrétées. D’autres chimiokines exercent leur effet de "guide" au cours du développement ou lors du renouvellement cellulaire d’un tissu.

Chromosome

Du grec "khrôma", couleur et "sôma" corps, parce que les chromosomes absorbent certaines matières colorantes.

Un chromosome est constitué de protéines autour desquelles s’enroule une très longue molécule d’ADN compactée jusqu’à 10'000 fois.  Les chromosomes sont localisés dans le noyau cellulaire.
A l’exception des cellules sexuelles, l’être humain possède 46 chromosomes dans chacune de ses cellules, soit 23 d’origine paternelle et 23 d’origine maternelle.

Code génétique

Code : du latin juridique "codex", planchette ou recueil. Génétique : du grec "genêtikos", propre à la génération.

Code quasi universel qui permet de convertir (traduire) un gène ou un ARN (séquence en acides nucléiques) en une protéine (séquence en acides aminés). Un acide aminé est codé par 3 acides nucléiques (codon).

Cognitif

Du latin "cognitum", dérivé de "cognoscere", connaître.

Les facultés cognitives sont l’ensemble des processus par lesquels on acquiert, organise et utilise l’information et les connaissances.

Cytosquelette

Cyto- : du grec "kutos", cellule. Squelette : du grec "skeletos", desséché.

Réseau de structures protéiques qui sont responsables de la forme de la cellule et qui participent au transport de composants à l’intérieur de la cellule.
Les deux principales structures du cytosquelette sont les filaments d’actine et les microtubules. Dans les filaments d’actine, les protéines "actine" s’assemblent en deux brins torsadés. Les microtubules ressemblent à des cylindres dans lesquels se sont associées un grand nombre de protéines, les tubulines.

Dendrites

Du grec "dendritês", qui concerne les arbres, dérivé de "dendron", arbre.

Prolongements cellulaires du neurone qui reçoivent l’information nerveuse sous la forme de neurotransmetteurs libérés par d’autres neurones.

Domaine

Du latin "dominium", propriété.

Région d’une protéines possédant une structure définie et qui peut lui conférer une fonction particulière. Une protéine est composée en moyenne de 2 à 3 domaines différents.

Embryon

Du grec "embruon" de "embruos", qui se développe à l’intérieur.

Stade de développement d’un organisme qui débute après la première division de l’œuf – cellule résultant de la fusion d’un ovule et d’un spermatozoïde – et s’étend jusqu’au moment où les principaux organes sont formés. Chez l’être humain, le stade de l’embryon dure huit semaines.

Encéphalite

Du grec "egkephalos", encéphale et "itis", suffixe qui désigne les maladies de nature inflammatoire.

Inflammation de l'encéphale – logé dans la boîte cranienne et constitué par le cerveau, le cervelet et le tronc cérébral.

Voir également système nerveux.

Enzyme

Du grec "en", dans et "zumê", levain.

Protéine qui accélère la réalisation de réactions chimiques dans l’organisme.
Ce sont par exemple les protéases qui coupent une autre protéine, à l’image d’une paire de ciseaux. D’autres enzymes ajoutent des molécules (glucide, lipide, phosphore,…) sur une protéine ou au contraire les enlèvent. D’autres encore découpent des glucides, fabriquent des lipides,…

Eucaryote

Du grec "eu", bien et "karuon", noyau.

Se dit d’un organisme dont les cellules possèdent un noyau abritant les chromosomes. C’est le cas des animaux (dont les humains), des plantes et des champignons. Contrairement aux eucaryotes, les procaryotes ne possèdent pas de noyau et leurs chromosomes sont 'libres' dans la cellule.

Facteur de croissance

Facteur : du latin "factor" , dérivé de "facere", faire. Croissance : du latin "crescentia", croissance.

Protéines secrétées par des cellules et qui sont nécessaires à la croissance cellulaire (prolifération ou spécialisation des cellules,par exemple).

Facteur de transcription

Facteur : du latin "factor", dérivé de "facere", faire. Transcription : du latin "transcriptio", dérivé de "transcribere", transcrire.

Protéine qui interagit avec des gènes. Un facteur de transcription décide quand un gène est exprimé, c’est-à-dire à quel moment l’information contenue dans un gène sera utilisée pour fabriquer des protéines. Certains gènes sont exprimés pour répondre à certaines circonstances (infection,…), d’autres uniquement lors du développement embryonnaire ou à l’âge adulte par exemple.

Feuillet beta

Du latin "folia", pluriel de "folium", feuille.

Motif structural en forme d’accordéon d’une protéine.
Voir également structure secondaire.

Fonction

Du latin "functio", accomplissement.

Rôle d’une protéine (ou d’une autre molécule) dans la cellule ou l’organisme. Par exemple, parmi de nombreuses autres fonctions, les protéines peuvent être des hormones, des anticorps, des enzymes, des récepteurs,…

Fœtus

Du latin, dérivé de "fetus", grossesse.

Chez la majorité des mammifères, stade de développement d’un organisme qui succède à celui de l’embryon et dure jusqu’à la naissance. Chez l’être humain, ce stade débute à huit semaines de grossesse, lorsque les principaux organes sont formés.

Glucide

Du grec "glukus" , doux et "-eidês", dérivé de "eidos", forme, aspect ; ce dernier terme désigne en chimie un groupe de molécules homologues.

Les glucides sont des molécules aussi appelées hydrates de carbone ou plus familièrement sucres.

Gène

D’abord allemand "Gen" puis anglais "gene"; du grec "-genês", dérivé de "genos", origine, naissance.

Un gène est un morceau d’ADN. A la manière d’une recette de cuisine, il contient les instructions pour fabriquer entre autre une protéine. L’ADN humain contient environ 20'000 gènes codant pour des protéines. Un gène peut aussi coder pour des ARN fonctionnels (des ARN qui possèdent une activité biologique).

Génie génétique

Génie, du latin "genius", talent. Génétique : du grec "genêtikos", propre à la génération.

Ensemble de techniques de biologie qui permet de manipuler l’ADN et donc les gènes.

Génome

De l’allemand "Genom", dérivé de "genotypus", terme composé de "Gen", gène et "Typus", type.

Ensemble de tout l’ADN contenu dans une cellule. En règle générale, toutes les cellules d'un organisme donné contiennent le même génome.

Génomique

Dérivé de génome.

Terme qui englobe toutes les techniques expérimentales et bioinformatiques qui permettent d’étudier les génomes.

Génotype

Ensemble des variations génétiques d'un individu. 'Pour certains traits simples, la correspondance entre le génotype et le phénotype est directe. Cependant, la plupart des phénotypes dépendent de plusieurs gènes et de l'environnement. Le génotype ne permet pas de prévoir précisément le phénotype d'un individu, mais seulement d'estimer sa valeur moyenne'.(wikipedia).

Génétiquement modifié

Génétiquement : dérivé de génétique.

Se dit d’un organisme (bactéries, animaux, plantes) dont le génome a été modifié. Se traduit en général par l’ajout d’un ou plusieurs gènes provenant d’un autre organisme. Ces organismes OGM présentent un intérêt pour l’étude de maladies, la production de médicaments, l’agriculture,...

Hormone

Du grec "hormôn", exciter.

Molécule produite par une glande et déversée généralement dans le sang pour lui permettre d'atteindre le(s) organe(s) sur lesquels elle agit. Par exemple, l’insuline est une hormone produite par le pancréas et qui régule le taux de sucre sanguin dans l’organisme. Certaines hormones sont des protéine (insuline, EPO).

Hélice alpha

Du latin "helix" et du grec "helix", hélice.

Motif structural en forme de ressort d’une protéine.
Voir également structure secondaire

Influx nerveux

Influx : du latin "fluxus", écoulement. Nerveux : du latin "nervosus".

Message électrique qui parcourt un neurone le long de son axone en direction d’un autre neurone.

Ion

Du grec "ion", participe présent de "ienai", aller.

Atome ou molécule chargé électriquement, positivement ou négativement. Exemples : le chlore, Cl- ; le calcium, Ca2+.

Levure

Du latin "levare", lever.

Champignon microscopique constitué d’une seule cellule. Certaines levures sont des outils de la biotechnologie : Saccharomyces cerevisiae appelée aussi la levure de bière ou la levure du boulanger est utilisée dans la fermentation de la bière, du pain et du vin.

Lipide

Du grec "lipos", graisse.

Les lipides sont des molécules aussi appelées corps gras ou plus familièrement graisses.

Lymphe

Du latin "lympha", eau.

Liquide circulant dans les vaisseaux lymphatiques, dérivé du liquide interstitiel, qui se déverse dans le sang. La lymphe est riche en protéines et en éléments nutritifs et joue un rôle important dans la réponse du système immunitaire et l'élimination des déchets.

Lésion

Du latin "laesio", dérivé de "laedere", léser.

Zone endommagée d’un tissu suite à une maladie, une infection ou un accident.

Maladie génétique

Maladie qui a une origine génétique (p.ex. un gène défectueux) et qui réapparaît de génération en génération dans une même famille.
Membrane

Du latin "membrana" , dérivé de "membrum", membre.

Enveloppe qui délimite la cellule ainsi que ses compartiments (noyau, mitochondries, par exemple). Elle est principalement composée de lipides et de protéines.

Métabolisme

Du grec "metabolê" , changement.

Ensemble de réactions de synthèse et de dégradation qui ont lieu dans la cellule ou l’organisme.

Micro-organisme

Micro- : du grec "mikros" , petit. Organisme : du latin "organum", organe.

Organisme, généralement microscopique, qui possède sa propre information génétique. Ce sont par exemple les virus, les bactéries et certains champignons.

Microtubule

Micro- : du grec "mikros", petit. Tubule : du latin "tubulus", petit tube.

Voir cytosquelette

Mitochondrie

Du grec "mitos", filament et "khondrion", grain.

Compartiment cellulaire ou organelle. Les mitochondries peuvent être comparées à des mini-centrales qui permettent aux cellules de produire l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’organisme. L’énergie produite s'appelle ATP.

Molécule

Du latin "molecula", dérivé de "moles", masse.

Une molécule est un assemblage d’atomes.

Mutation

Du latin "mutatio", mutation.

Une mutation est une modification qui touche un ou plusieurs nucléotides dans la séquence d'un génome (ADN ou ARN). Une mutation est souvent le résultat d'un endommagement de l'ADN (suite par exemple à l'exposition à des radiations ou à des produits chimiques 'mutagènes') ou d'une erreur qui s'est produite au moment de la réplication de l'ADN. Une mutation peut se traduire par un changement, une suppression ou un ajout de nucléotide(s). Si une mutation affecte un gène, elle peut éventuellement provoquer une altération de la fonction de la protéine correspondante et être à l’origine d’une maladie ou d'un changement d'un phénotype.Les mutations jouent un rôle important dans divers processus biologiques (évolution, cancer, développement du système immunitaire, ...)

voir polymorphisme
Myéline

Dérivé de myél(o)- : du grec "muelos", moelle.

Gaine isolante qui entoure l’axone des neurones à la manière du plastique qui protège les câbles électriques. La myéline est constituée de cellules nerveuses (les cellules de Schwann ou les oligodendrocytes). Gaine discontinue, elle permet d’accélérer la propagation de l’influx nerveux qui "saute" d’une région sans myéline à une autre sur le long de l’axone.

Neurone

Du grec "neuron", nerf.

Les neurones sont les principales cellules qui composent le système nerveux. Un neurone véhicule et transmet l’information nerveuse vers d’autres neurones.
Le neurone dispose de deux types de prolongements cellulaires qui lui servent d’organes de communication : l’axone qui transporte l’influx nerveux vers un prochain neurone et les dendrites qui reçoivent des messagers chimiques ou neurotransmetteurs libérés par d’autres neurones au niveau des synapses.

Neurotransmetteur

Neuro- : du grec "neuron", nerf. Transmetteur : du latin "transmittere", transmettre.

Les neurotransmetteurs sont de petites molécules qui transmettent l’information d’un neurone vers un autre. Ces messagers chimiques sont libérés à l’extrémité d’un neurone et traversent un espace, la fente synaptique, pour se lier à des récepteurs sur le neurone suivant.

Voir également synapse 

Noyau

Du latin "nodellus", dérivé de "nodus", nœud.

Compartiment ou "organe" cellulaire qui renferme les chromosome, support de l’information génétique. Le noyau existe uniquement chez les eucaryotes.

Nucléotide

Du latin "nucleus", noyau et du grec "-eidês", dérivé de "eidos", forme.

Unité de base de l’ADN et de l’ARN.
Les nucléotides sont des molécules symbolisées par des lettres. Pour l’ADN : ce sont les lettres A pour adénine, T pour thymine, G pour guanine et C pour cytosine. Pour l’ARN, T est remplacé par U pour uracile.

Parasite

Du latin "parasitus", parasite ou du grec "parasitos", dérivé de "sitos", nourriture.

Se dit d’un organisme qui vit aux dépens d’un autre, appelé hôte, faute de quoi il ne peut ni vivre ni se reproduire. Exemples : le ténia ou vers solitaire, le plasmodium responsable du paludisme, les virus.

pb

Abréviation de 'paires de bases’, utilisée pour indiquer le nombre de nucléotides dans une séquence d'ADN ou d'ARN (double brin). La séquence du génome humain est composée de 3'000'000'000 de pb.

Peptide

Terme anglais.

Terme qui désigne soit une protéine composée d'un petit nombre d’acides aminés (environ 50), soit un fragment d’une protéine.

Phénotype

Ensemble des caractères observables chez un individu (caractère anatomique, morphologique, physiologique, pathologique, éthologique, etc.). 'Pour certains traits simples, la correspondance entre le génotype et le phénotype est directe. Cependant, la plupart des phénotypes dépendent de plusieurs gènes et de l'environnement. Le génotype ne permet pas de prévoir précisément le phénotype d'un individu, mais seulement d'estimer sa valeur moyenne'.(wikipedia)

Phéromone

Substance chimique qui agit comme messager entre individus d'une même espèce. Certaines phéromones jouent notamment un rôle dans l'attraction sexuelle.

Polymorphisme

Du grec "polus", nombreux et "morphê", forme.

La séquence du génome peut varier d’un individu à l’autre. Ces différences au niveau des nucléotides sont appelées 'polymorphismes’ (Single Nucleotide Polymorphism (SNP) en anglais). Selon l'environnement, ces polymorphismes peuvent être 'neutres’ (n’induire aucun changement sur l’individu), ils peuvent prédisposer à une maladie ou à un phénotype particulier (couleur des yeux), conduire à un avantage (résistance à une maladie par exemple) ou être la cause d'une maladie (pathogénique).  Les polymorphismes sont aussi appelés variants, variations. Une mutation est le processus biologique qui conduit à la création d'un polymorphisme dans une séquence ADN. Chez l’homme, on estime qu’il y a 1 polymorphisme tous les ~1000 nucléotides (entre 2 individus).

Procaryote

Du grec ou du latin "pro", qui est pour et de "karuon", noyau.

Se dit d’un organisme constitué d’une seule cellule et dont l’ADN n’est pas enfermé dans un noyau, au contraire des eucaryotes. Les bactéries et les archéobactéries sont des procaryotes

Protéine

Du grec "prôtos", premier.

Une des molécules essentielles à la construction et au fonctionnement des êtres vivants.  A l'image d'un collier de perle, une protéine est composée d'une succession d'acides aminés liés les uns aux autres par des liaisons chimiques. Il existe 20 acides aminés différents. Les protéines ont des longueurs variables et se replient sur elles-mêmes pour adopter une forme particulière - leur structure tridimensionnelle - qui déterminera leur fonction. Les protéines sont essentielles à la construction et au fonctionnement des êtres vivants. Les protéines assurent des tâches aussi variées que la digestion des graisses ou le transport de l’oxygène.Une protéine est fabriquée à l’intérieur des cellules, à partir de l’information contenue dans un gène.

Protéome

Composé de proté(ine) et de (gén)ome.

Ensemble des protéines présentes à un moment donné dans une cellule ou un tissus donné. Un être humain par exemple présente des protéomes différents au cours de la journée selon ses activités.

Protéomique

Composé de proté(ine) et de (gén)omique.

Terme qui englobe toutes les techniques d’étude des protéomes.

Radicaux libres

Du latin "radicalis", dérivé de "radix", racine et "liber", libre.

Atomes ou molécules particulièrement instables, produits par l’organisme, qui peuvent altérer les composants cellulaires (ADN, protéines, lipides,…). Les radicaux libres portent un électron libre qui cherche à s’apparier à un autre.

Récepteur

Du latin "receptor", dérivé de "recipere", recevoir.

Protéine insérée dans une membrane cellulaire. Un récepteur interagit avec d’autres molécules ou protéines, généralement de manière temporaire. Il permet, entre autres, la transmission d’un message à l’intérieur de la cellule ou l’entrée de micro-organismes tels que des virus.

Ribosome

Le ribosome est une fabrique de protéines. Il lit l’information contenue dans l’ARN messager et la traduit en protéine en utilisant le code génétique. Chaque cellule contient des milliers de ribosomes.

Septicémie

Du grec "sêptikos", dérivé de "sêpein", pourrir et "-aimia", dérivé de "haima", sang.

Infection générale de l’organisme pouvant être fatale.

Sous-unité

Sous : du latin "subtus", sous. Unité : du latin "unitas", dérivé de "unus", un.

Voir structure quaternaire.

Structure quaternaire

Structure : du latin "structura", dérivé de "struere", construire. Quaternaire : du latin "quaternarius", quaternaire.

Une protéine est souvent un assemblage de plusieurs chaînes d’acides aminés nommées 'sous-unités'. Par exemple, la structure quaternaire de l’hémoglobine comporte quatre chaînes, identiques deux à deux, qui assemblées confère à l’hémoglobine sa fonction de transporteur d’oxygène.

Structure secondaire

Structure : du latin "structura", dérivé de "struere", construire. Secondaire : du latin "secundarius", de second rang.

Sur une portion de sa séquence, la protéine peut se replier localement en certains motifs. Ce sont principalement l’hélice ? et le feuillet ?. Dans l’hélice ?, la chaine d’acides aminés s’enroule sur elle-même comme un ressort. Quant au feuillet ?, la chaine se replie dans une structure plissée en forme d’accordéon. L’existence de ces motifs définit ce que l’on appelle la structure secondaire d’une protéines.
Le nombre de ces motifs et leur agencement dans l’espace varient d’une protéines à l’autre et contribuent à sa structure tridimensionnelle.

Structure tridimensionnelle

Structure : du latin "structura", dérivé de "struere", construire. Tridimensionnel : du latin et du grec "tri-", trois et du latin "dimensio", dérivé de "metiri", mesurer.

Forme d’une protéine. Le collier de perles d'acides aminés auquel peut être comparée une protéine est souple. Une fois fabriqué, il va se replier sur lui-même jusqu’à adopter dans l’espace une forme particulière qui déterminera la fonction de la protéine.
Synonymes : conformation, structure 3D.

Synapse

Du grec "sunapsis", point de jonction.

Zone de contact et de communication entre deux neurones. Au bout de son axone, le neurone dit pré-synaptique délivre des neurotransmetteurs dans un espace, nommé fente synaptique. Les neurotransmetteurs sont ensuite réceptionnés par le neurone suivant, dit post-synaptique, généralement au niveau de ses dendrites.

Synthèse des protéines

Synthèse : du grec "sunthesis", composition. Protéine : du grec "prôtos", premier.

La synthèse des protéines (ou traduction) est le processus de fabrication des protéines dans les cellules. La recette de la protéine est portée par le gène. Le gène est 'photocopié' sous la forme d’un ARN messager. L’ARN messager est lu par le ribosome. Ce dernier (en plusieurs milliers d’exemplaires dans chaque cellule) assemble les acides aminés selon l'ordre dicté par l'ARN messager et le code génétique. Une protéine est ainsi synthétisée.   La nouvelle protéine peut ensuite encore subir certaines modifications avant d' être pliée correctement pour adopter sa forme ou structure tridimensionnelle. La protéine est alors prête à assurer sa fonction.

Système immunitaire

Système : du grec "sustêma", assemblage. Immunitaire : du latin "immunitas", dérivé de "munus", charge.

Système de défense d’un organisme contre les agents infectieux (champignons, bactéries, virus) et les cellules malades (cancer). Le système immunitaire emploie des cellules immunitaires, ou globules blancs, produites dans la moelle osseuse. Les globules blancs circulent dans des liquides de l’organisme (sang et lymphe). On en distingue deux grands types : les lymphocytes B qui produisent les anticorps et les lymphocytes T qui interviennent dans l’élimination des cellules malades.

Système nerveux

Système : du grec "sustêma", assemblage. Nerveux : du latin "nervus", ligament, tendon.

Le système nerveux est composé de milliards de neurones qui forment un réseau de communication entre les différentes parties de l’organisme. Il est composé du système nerveux central (encéphale et moelle épinière) et du système nerveux périphérique (ensemble des nerfs).

Voir également neurone.

Séquence

Du latin "sequentia", séquence.

Ordre dans lequel se suivent les composants de base d’une molécule biologique. La séquence de l’ADN (et par conséquent d’un gène) est une succession de nucléotides, la séquence d’une protéine celle d’acides aminés.

Séquencer

Du latin, dérivé de "sequentia", séquence.

Déterminer l’ordre des nucléotides de l’ADN ou, celui des acides aminés d’une protéine.

Voir également séquence.

Séquençage

Du latin, dérivé de "sequentia", séquence.

Utilisation de techniques pour séquencer l’ADN ou une protéine.

Voir également séquence.

Tissu

Du latin "texere", tisser.

Ensemble de cellules qui contribuent à une fonction commune comme par exemple les cellules du cœur, du foie ou du rein. Un organe se compose de différents tissus. Par exemple, les tissus de la peau sont l’épiderme, le derme et l’hypoderme.

Toxine

Dérivé du latin "toxicum", toxique et du grec, "toxikon", poison pour flèches dérivé de "toxon", arc, flèche.

Substance toxique produite par certains organismes vivants et en particulier par des bactéries, des serpents ou des insectes.

Vaccin

Dérivé de la vaccine, du latin "variola vaccina", variole de la vache. Le premier vaccin injecté chez l’homme, par le médecin E. Jenner en 1796, fut le virus de la variole de la vache.

Un vaccin a pour but de stimuler le système immunitaire généralement en prévention d’une infection. Un vaccin est soit un micro-organisme rendu inoffensif (virus, bactérie), soit une protéine ou fragment de protéine issus de l’agent infectieux.

Virus

Du latin "virus", poison.

Micro-organisme qui est obligatoirement un parasite. Un virus est constitué d’une coque de protéines protégeant son information génétique (ADN ou ARN).

Ce glossaire est un complément au glossaire de Chromosomewalk.ch

Pour nous contacter:

  • sp-com@isb-sib.ch